« Son charme opère
entre chant velouté et agile,
phrasés articulés et radieux »

(Florent Coudeyrat, Les Trois Coups)

Biographie

Avec sa voix androgyne claire comme un cristal, Valer Sabadus, se classe parmi les meilleurs contre-ténors du monde. Pour le double lauréat d’ECHO Klassik, la première moitié de la saison 2016/17 est placée totalement sous le signe de Francesco Cavalli : dans son opéra « Eliogabalo », il interprètera le rôle de Giuliano à partir de septembre 2016 à l’Opéra National de Paris. Il donnera ensuite le rôle-titre dans « Il Giasone » de Cavalli à partir de janvier 2017 au Grand Théâtre de Genève. Ces deux productions continuent la coopération couronnée de succès avec le chef d’orchestre Leonardo Garcia Alarcon dans le cadre d’opéras de Cavalli qui a commencé en 2013 au Festival d’Aix-en-Provence. Le contre-ténor terminera la saison d’opéras par son début au théâtre de Bâle dans le rôle de Ruggiero dans « Alcina » de Haendel. Une coopération avec le célèbre rappeur allemand Samy Deluxe en novembre 2016 l’emmènera sur de nouveaux chemins. Par ailleurs, une tournée est prévue avec la Cappella Gabetta et le contre-ténor français Christophe Dumaux en Allemagne, en France et en Suisse, lors de laquelle sera interprété le « Stabat Mater » de Pergolèse (printemps 2017). Artiste exclusif chez Sony Classical, son nouveau CD « Sacred Duetti » avec des arias et des duos inconnus d’oratorios d’Antonio Caldara, Nicola Antonio Porpora, Alessandro Scarlatti et Giovanni Battista Bononcini sortira à l’automne. Les partenaires géniaux de cet enregistrement sont la jeune soprano Nuria Rial et l’Orchestre de chambre de Bâle.

Valer Sabadus s’est fait connaître du public international en 2012 pour sa remarquable interprétation de Semira dans l’opéra de Leonardo Vinci « Artaserse » aux opéras de Nancy, Lausanne et Cologne, au Theater an der Wien, au Théâtre des Champs-élysées, à l’Opéra Royal de Versailles et au Concertgebouw d’Amsterdam. La production est sortie aussi en CD et DVD et a obtenu de nombreux prix. La même année, il s’est vu attribuer le prix de la Critique allemande du disque pour son CD soliste « Hasse Reloaded » (OehmsClassics). Il a également remporté un grand succès international dans le rôle de Menelao dans l’opéra redécouvert de Francesco Cavalli « Elena » au Festival d’Aix-en-Provence. La production est sortie en DVD. En 2013, il a fait un début triomphant dans le rôle-titre de « Xerxès » de Haendel au Deutsche Oper am Rhein dans la mise en scène de Stefan Herheim. En 2015 et 2016, il a donné un brillant Thésée dans le rôle-titre au Festival Haendel de Karlsruhe pour lequel il a recueilli des critiques enthousiastes. Il a célébré un excellent début en septembre 2015 en chantant pour la première fois au Theater an der Wien dans le rôle de l’empereur Néron dans « Le couronnement de Poppée » de Monteverdi.

Valer Sabadus a commencé sa formation de chanteur à l’âge de 17 ans au conservatoire de Munich avec Gabriele Fuchs et l’a achevée en 2013 comme membre de l’Académie bavaroise du théâtre August Everding dans la classe de maître Théâtre lyrique avec mention. Il a percé avec la production de « Didone abbandonata » de Johann Adolph Hasse qu’il a enregistrée avec la Hofkapelle de Munich et Michael Hofstetter. Dès 2009, il débutait sous la direction de Riccardo Muti au Festival de la Pentecôte de Salzbourg dans la production « Demofoonte » (Niccolò Jommelli) et on pouvait le voir aussi au festival de Ravenne et à l’Opéra National de Paris. Il a remporté en outre de grands succès en interprétant Sixtus dans la mise en scène par Günter Krämer de « La clémence de Titus » au Festival d’été Mozart de Schwetzingen, dans le rôle de Ruggiero dans « Orlando furioso » de Vivaldi et d’Endimione dans « La Calisto » de Francesco Cavalli à l’opéra de Francfort. Il s’est produit pour la première fois au Festival Haendel de Halle en 2011 dans le rôle-titre de « Rinaldo » avec la Lautten Compagney. D’autres engagements l’ont conduit à l’opéra de Cologne dans le rôle-titre de « Leucippo » (Johann Adolph Hasse), au Staatsoper de Berlin, au Semperoper de Dresde ainsi qu’à l’Opéra Royal de Versailles.

Parallèlement à ses activités intensives à l’opéra, le répertoire de concerts et d’oratorios occupe une place de choix dans l’emploi du temps du jeune contre-ténor. Il a donné par exemple des récitals de lieder et d’arias au Festival de Lucerne, à la Schubertiade d’Hohenems et au Festival d’hiver à Schwetzingen. Il s’est déjà produit en soliste aux philharmonies d’Essen et de Cologne, à la Frauenkirche de Dresde, la Chapelle Royale de Versailles, la Laeiszhalle de Hambourg, au Festival de Grafenegg et au Festival de musique ancienne d’Innsbruck. Des partenariats fructueux associent toujours Valer Sabadus avec des ensembles renommés de musique ancienne, entre autres Concerto Köln, l’Orchestre de chambre de Bâle, la Hofkapelle de Munich, L’Arpeggiata et Il pomo d’oro.

La discographie éclectique de Valer Sabadus couvre une palette allant des œuvres du début du baroque de Claudio Monteverdi et de Francesco Cavalli aux œuvres contemporaines d’Enjott Schneider, en passant par la musique italienne sacrée et d’opéra. Ce qui lui a valu de remporter plusieurs grands prix du disque, notamment l’ECHO Klassik 2012 et 2015, et d’être proclamé Jeune artiste vocal de l’année 2013 par le jury des ICMA.